La LFP prépare une révolution pour les supporters

Les relations entre la Ligue de football professionnel (LFP) et les supporters n’ont pas toujours été au beau fixe. Souvent les fanatiques évoquent, par chauvinisme, ou non, une partialité de l’instance et surtout un manque de soutien de cette dernière lorsque les préfets décident d’interdire les déplacements de supporters pour des raisons de sécurité. Mais la Ligue a envie de faire des efforts et lors d’une conférence de presse, organisée ce jeudi dans le XVIe arrondissement de Paris, elle a expliqué ce qu’elle comptait mettre en oeuvre pour encore mieux faire participer les amoureux du ballon rond.Car il convient de l’expliquer, les supporters font partie intégrante du spectacle. Ils mettent l’ambiance dans les stades et surtout c’est un plaisir pour les diffuseurs de filmer leurs animations. Rappelons tout d’abord quelques chiffres. Cette saison, la Ligue 1 a connu 8 675 919 spectateurs avec une moyenne de 22 831 par match, ce qui est un record historique. Si les relations ne sont pas toujours simples, la LFP a planché sur quatre axes pour améliorer cela.Quatre axes de réflexion pour progresserAinsi, l’instance hexagonale est consciente qu’il faut améliorer son dialogue avec les supporters, pour cela elle a fait des études sur les groupes. « Il existe 143 groupes de supporters dont plus de la moitié sont des groupes ultras. Il faut poursuivre le dialogue », détaille Nathalie Boy de la Tour lors de la conférence de presse avant d’expliquer qu’elle voulait renforcer le rôle du référent supporters. « Le texte instaure dans chaque club professionnel un référent chargé d’assurer des échanges avec les associations locales de supporters, une exigence de longue date de l’UEFA. Au niveau national, le texte crée une instance du supportérisme, dont un décret viendra préciser la composition et le périmètre d’action », expliquait L’Équipe lors de la mise en place de la Loi Larrivé en mai 2016. Il convient de préciser que ce référent n’a pas de rôle de sécurité.Troisièmement, la Ligue veut améliorer l’accueil des supporters et des visiteurs aussi. Ainsi, au conseil d’administration de la Ligue, ce jeudi matin, a été voté le tarif unique pour les parcages. Il sera ainsi de 10€ en Ligue 1 et de 5 € en Ligue deux. À deux conditions. La première est la communication du nombre de supporters se déplaçant à J-10 de la rencontre et la seconde condition limite le nombre de places à 1000 supporters. Enfin, le quatrième et ultime axe de réflexion porte sur le fait de renforcer la lutte contre les violences et les discriminations.Vers une avancée pour les fumigènes ?Enfin, une autre annonce importante a été faite concernant les supporters. Elle concerne les fumigènes. « Il existe une baisse en termes de fumigènes. Le niveau reste élevé avec une tendance baissière », a analysé la présidente de la LFP. Toutefois, elle aussi précisé que l’instance travaillait sur une utilisation encadrée des fumigènes. Cela devrait entraîner, rapidement, des groupes d’expérimentations comme ce fut le cas pour les tribunes debout, qui n’a eu que des bons retours. « Il n’y a pas de sujet tabou », a conclu Nathalie Boy de la Tour dans son allocution sur les fumigènes. Pour le spectacle, tout va dans le bon sens, semble-t-il.10% sur tout Foot.fr avec le code FM10Let's block ads! (Why?)

La LFP prépare une révolution pour les supporters

Les relations entre la Ligue de football professionnel (LFP) et les supporters n’ont pas toujours été au beau fixe. Souvent les fanatiques évoquent, par chauvinisme, ou non, une partialité de l’instance et surtout un manque de soutien de cette dernière lorsque les préfets décident d’interdire les déplacements de supporters pour des raisons de sécurité. Mais la Ligue a envie de faire des efforts et lors d’une conférence de presse, organisée ce jeudi dans le XVIe arrondissement de Paris, elle a expliqué ce qu’elle comptait mettre en oeuvre pour encore mieux faire participer les amoureux du ballon rond.

Car il convient de l’expliquer, les supporters font partie intégrante du spectacle. Ils mettent l’ambiance dans les stades et surtout c’est un plaisir pour les diffuseurs de filmer leurs animations. Rappelons tout d’abord quelques chiffres. Cette saison, la Ligue 1 a connu 8 675 919 spectateurs avec une moyenne de 22 831 par match, ce qui est un record historique. Si les relations ne sont pas toujours simples, la LFP a planché sur quatre axes pour améliorer cela.

Quatre axes de réflexion pour progresser

Ainsi, l’instance hexagonale est consciente qu’il faut améliorer son dialogue avec les supporters, pour cela elle a fait des études sur les groupes. « Il existe 143 groupes de supporters dont plus de la moitié sont des groupes ultras. Il faut poursuivre le dialogue », détaille Nathalie Boy de la Tour lors de la conférence de presse avant d’expliquer qu’elle voulait renforcer le rôle du référent supporters. « Le texte instaure dans chaque club professionnel un référent chargé d’assurer des échanges avec les associations locales de supporters, une exigence de longue date de l’UEFA. Au niveau national, le texte crée une instance du supportérisme, dont un décret viendra préciser la composition et le périmètre d’action », expliquait L’Équipe lors de la mise en place de la Loi Larrivé en mai 2016. Il convient de préciser que ce référent n’a pas de rôle de sécurité.

Troisièmement, la Ligue veut améliorer l’accueil des supporters et des visiteurs aussi. Ainsi, au conseil d’administration de la Ligue, ce jeudi matin, a été voté le tarif unique pour les parcages. Il sera ainsi de 10€ en Ligue 1 et de 5 € en Ligue deux. À deux conditions. La première est la communication du nombre de supporters se déplaçant à J-10 de la rencontre et la seconde condition limite le nombre de places à 1000 supporters. Enfin, le quatrième et ultime axe de réflexion porte sur le fait de renforcer la lutte contre les violences et les discriminations.

Vers une avancée pour les fumigènes ?

Enfin, une autre annonce importante a été faite concernant les supporters. Elle concerne les fumigènes. « Il existe une baisse en termes de fumigènes. Le niveau reste élevé avec une tendance baissière », a analysé la présidente de la LFP. Toutefois, elle aussi précisé que l’instance travaillait sur une utilisation encadrée des fumigènes. Cela devrait entraîner, rapidement, des groupes d’expérimentations comme ce fut le cas pour les tribunes debout, qui n’a eu que des bons retours. « Il n’y a pas de sujet tabou », a conclu Nathalie Boy de la Tour dans son allocution sur les fumigènes. Pour le spectacle, tout va dans le bon sens, semble-t-il.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10

Let's block ads! (Why?)